A collective of journalists in the Balkans
  • Author:
    Laetitia Moréni
  • Published in:
    Le Figaro
  • Date:
    11/07/2015

Srebrenica Le FigaroVingt ans après, la Russie a bloqué l’utilisation officielle du mot « génocide » pour qualifier ce massacre de quelque 8000 musulmans par les forces serbes de Bosnie, qui suscite toujours la polémique.

«Dans mon entreprise, on ne parle pas de politique.» Le directeur de la coopérative agricole Insieme, sait comment garder l’harmonie entre ses employés, à la fois serbes et bosniaques. Et il s’enorgueillit: «On est la seule structure multi-ethnique dans tout le pays.» Skender Hot, qui a fondé en 2003 une usine de confitures vendues sous le label «Fruits de la paix», a imposé une règle tacite qui règne aussi à l’extérieur de ses locaux: taire ses opinions. Dans cette région de la Republika Srpska, l’une des deux entités qui composent la Bosnie-Herzégovine, dont la culture de la framboise faisait autrefois la renommée, avant que la guerre des Balkans n’éclate, cette phrase résonne comme un leitmotiv. Ici, à Bratunac, où les Serbes sont majoritaires, et à Srebrenica, historiquement musulmane, deux municipalités voisines, les habitants ont appris à vivre ensemble en évitant les sujets qui fâchent. Mais cet équilibre, structurant le quotidien des communautés, a été perturbé depuis que les murmures ont été remplacés par des mots à l’approche du vingtième anniversaire du génocide de Srebrenica.

Continuer la lecture sur le site du Figaro.

Srebrenica Le Figaro Laetitia Moréni

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

© Copyright - Cevapi Club